Le Relais et Amanlis

Raymond, qui vous accueille avec son équipe dans votre bar, restaurant ouvrier, traiteur à Amanlis (35), est reconnu par les habitants de la commune comme étant particulièrement investi dans la vie d'Amanlis.
En effet, il a participé pendant longtemps à la préparation des repas d'école afin d'alléger le coût des sorties et de permettre à chacun des enfants de partir. Il participait également aux préparations des repas de la Kermesse.
Ainsi, il ouvre spécialement son établissement les dimanches de messe, étant le seul établissement capable d'accueillir tout le monde. Mais participe aussi au besoin, à tous les événements de la commune, des occasions sportives locales ou diffusées à la télévision (football, tennis...).
Ainsi , Raymond et Le Relais (votre Bar, Restaurant ouvrier, Traiteur, Plats à emporter, Amanlis, 35) vous font visiter Amanlis (ancienne communauté de tissage de voiles de bateaux), au travers de quelques photos d'hier et d'aujourd'hui, pour vous inciter à venir découvrir non seulement son établissement, mais aussi, ce village qu'il affectionne particulièrement. Alors n'hésitez plus et contactez Raymond et son équipe pour venir déguster, repas ou boissons, dans une ambiance chaleureuse, parmi les amanlissiens et amanlissiennes.
Contactez votre Bar, Restaurant ouvrier, Traiteur à Amanlis (35) au :
02 23 31 64 19
ou 07-68-22-81-39
Et par mail:contact@lerelais.restaurant.amanlis.fr

Une petite note d'histoire, grâce au travail de Thomas PERRONO « Les marchands de toiles d'Amanlis ».
Qui l'eut cru, Amanlis, « une petite élite rurale, au cœur de la manufacture des toiles à voiles » !
En effet entre le XVI et le XVII ème Siècle, la Bretagne a été une grande région productrice de toiles, puisque au cœur d'un espace agricole idéal pour la culture du lin et du chanvre. Les deux plantes qui servent à la confection des toiles à voiles, dites « Noyales ». Le cœur de cette manufacture de ces toiles se situait à Amanlis, ainsi presque toutes les fermes produisaient du chanvre. Pour une raison simple, le climat, la localisation géographique (moins de 20 Km des Halles à voiles de Rennes), la proximité de la seiche pour la blanchisserie de fil, au village de Néron, d'une dimension considérable à l'époque.
Ainsi, ces toiles à voiles, étaient non seulement destinés à diverses fabrications locales, comme des sacs, des vêtements...mais s'exportaient sur le territoire national et international, notamment avec la guerre d'indépendance américaine (1775 – 1783), qui a fait exploser la fabrication locale en la multipliant par trois !
Malheureusement, la révolution française, puis le blocus continental mis en place par le Premier Empire, ont eut pour conséquence de limier la production au marché français, voir local, pour finalement éteindre la production au XIX ème Siècle.
Cependant, l'élite locale laisse son empreinte dans la paroisse, à travers l'embellissement artistique de son église, par le don de deux vitraux.
L'église Saint Martin de la Tours, édifiée sur les bases d'une église du X ème Siècle, inscrite aux monuments historiques, depuis 1974.
Et pour les amateurs d'art moderne monumental, vous trouverez un bijou, au lieu dit Lessard : « La maison sculptée » de Jacques Lucas !